Plaquettes/Affiches

Contre les violences faites aux femmes

Avec la Mairie de Paris

« Campagne de lutte contre les violences faites aux femmes à Paris »

Les 6 associations partenaires:
ASFAD à votre écoute contre toutes les formes de violences à l’encontre des femmes immigrées
COLLECTIF FEMINISTE CONTRE LE VIOL à votre écoute contre les agressions sexuelles
FEMMES SOLIDAIRES à votre écoute contre les discriminations faites aux femmes
GAMS – Groupe Femmes pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles et mariages forcés à votre écoute contre l’excision et les mariages forcés
MFPF- Mouvement Français pour le Planning Familial contre les violences sexistes, pour le droit à l’avortement et à la contraception
NI PUTES NI SOUMISES à votre écoute contre toutes les violences faites aux femmes
Voir Site : http://www.anne-hidalgo.net/Campagne-de-lutte-contre-les.html


__________________________________________________________________________________________________

Mariages forcés

Document réalisé par la Mairie de Paris en partenariat avec:

la Mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité – Préfecture de Paris

Disponible à l’Observatoire de l’égalité femmes/hommes – Mairie de Paris – Tél. : 01 42 76 64 18

Mairie de Paris

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes 25 novembre 2008 à Paris

GUIDE

à l’usage des élus sur la prévention des mariages forcés

Dossier de Presse: Mairie de Paris – dossier Presse – novembre 2008
Voir Lien: Mairie de Paris – Guide à l’usage des élus – 2008
Préface
De FATIMA LALEM, Adjointe au Maire de Paris – Chargée de l’Egalité femmes/hommes

Si dans la majorité des cas, le mariage civil à la mairie est une occasion de réjouissances familiales, il existe encore en France, et à Paris des « mariages » qui se font sans le consentement de la future épouse, et, parfois, du futur époux.

Pour les jeunes femmes, ce sont des situations inacceptables et très douloureuses, dont les conséquences peuvent être l’arrêt des études, une rupture avec l’environnement, parfois un changement de lieu de vie, un bouleversement psychologique ou un conflit de loyauté vis-à-vis des parents. De plus, elles subissent, dans la plupart des cas, cette terrible violence qui se nomme le viol.. Enfin très souvent, quand elles décident de s’enfuir pour échapper au mariage prévu, commence un parcours de « galère », souvent en rupture familiale totale, parfois au risque de leur vie.

Pour améliorer la protection et l’accompagnement des victimes de mariage forcé, la Ville de Paris s’est engagée depuis 2005 dans un plan d’action, impulsé par Anne Hidalgo, Première Adjointe au Maire de Paris, qui vise à apporter un soutien actif au réseau associatif, à sensibiliser et à former tous les acteurs

Dans ce cadre, nous avons agi sur plusieurs axes :

- un partenariat soutenu avec une douzaine d’associations expertes en ce domaine,

- un soutien à l’accueil et l’hébergement des victimes,

- la formation des assistantes sociales et travailleurs sociaux,

- la réalisation et la diffusion d’une brochure d’information à l’attention des jeunes « vous avez le droit de dire NON ».

Aujourd’hui, une nouvelle étape est franchie par la réalisation de ce guide en direction des Maires et des adjoints qui célèbrent les mariages et également des Services d’états civils qui préparent le dossier avant la célébration. Ces services, selon leurs prérogatives, se doivent d’exercer une vigilance pour repérer les mariages forcés afin d’agir en amont. Il en va du respect de la loi qui indique que « si la liberté de se marier est un droit fondamental, le consentement au mariage est aussi une liberté fondamentale ».

C’est pourquoi, ce guide peut vous aider à contribuer à la prévention des mariages forcés par la diffusion d’une information claire sur les conditions du mariage en France, afin de veiller au respect des droits fondamentaux des femmes et des hommes.

Ce guide s’inscrit dans le cadre de la politique de l’égalité entre les femmes et les hommes menée par Bertrand DELANOË, Maire de Paris.

La lutte contre les violences faites aux femmes en est un axe fort que je m’engage à poursuivre et ’à intensifier.

BROCHURE

Voir Lien:  Brochure_Paris

Et si… c’était un mariage forcé?

Un mariage forcé, c’est un mariage avec une personne que vous n’avez pas choisie, qui vous est imposée sans tenir compte de vos choix et de vos désirs, que ce soit le mariage civil à la Mairie ou une union religieuse ou traditionnelle.

Et si … je disais OUI?  Conséquences multiples…

Un mariage ou une union forcés sacrifient votre bonheur et votre avenir.Un tel mariage peut être imposé au nom de principes familiaux, culturels ou religieux. C’est un mariage sans amour et sans respect.

Et si … je dis NON ! Que dit la Loi ?

En France, seul le mariage civil, c’est-à-dire à la mairie, est reconnu par la loi : l’union traditionnelle ou religieuse ne peut avoir lieu que sur présentation d’un certificat de mariage délivré par la Mairie.
_____________________________________________________________________________________________

Madame, vous avez des droits

« Pour vous, femmes étrangères ou d’origine étrangère

qui vivez en France, ce guide pratique d’information »

Voir Liens:
guide_couv_v4
guide_contenu_v4

Ce guide a été réalisé par FCI – Femmes Contre les Intégrismes de Lyon

Ce guide paraît aujourd’hui dans sa quatrième édition. Les informationsfournies par ce guide ne sont pas exhaustives, ce sont des pistes qu’ilconvient d’approfondir. L’accent est porté sur la violation de vos droits enraison de votre nationalité, de votre origine et de votre sexe.

Comme depuis la première édition en 1998, il y a juste dix ans, ce guide vous éclaire sur les droits et les recours possibles, sur l’utilisation des règles de protection dudroit international privé (DIP), ainsi que sur l’utilisation des textes les plus récents et de portée internationale.

Chaque nouvelle édition apporte son lot d’informations réactualisées.

La deuxième édition mettait l’accent sur laquestion des mariages forcés, de la filiation et des enlèvements d’enfants.

La troisième édition insistait sur l’apport positif de la réforme de la Moudawanaau Maroc.

Cette quatrième édition, actualisée dans toutes ses composantes, est augmentée des nouvelles dispositions en droit algérien et d’un rappel de la loi tunisienne dans ses grandes lignes.

Madame, utilisez tous les outils juridiques existants pour faire respectervos droits et faire avancer ainsi les droits des femmes dans leur ensemble !

Femmes contre les intégrismes, Juin 2008

________________________________________________________________________________

Les Plans de lutte contre les violences faites aux femmes

27 juillet 2011


Ministère des Solidarités et de la cohésion sociale

Télécharger :

Plan de lutte contre les violences faites aux femmes 2011-2013 (pdf - 627.6 ko)
Synthèse du plan (pdf - 96.1 ko)

Le troisième plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes couvre la période de 2011 à 2013. Il s’inscrit dans la continuité des précédents en maintenant sur les questions de violences intrafamiliales, de mariages forcés et de polygamie une vigilance soutenue. Mais il aborde également la question des violences sexistes et sexuelles au travail, ainsi que le viol et les agressions sexuelles, et les liens entre la prostitution et la traite des êtres humains. Il conjugue trois orientations : protection, prévention et solidarité.
Protection : dans chaque département seront mis en place un accueil de jour en charge de préparer ou d’éviter le départ du domicile de la femme victime d’un conjoint violent, un « référent violences » coordonnateur de l’action publique et un lieu de rencontre familiale permettant que la femme victime de violences au sein du couple ne soit pas exposée lorsque le conjoint éloigné du domicile rencontre leurs enfants communs.
Prévention : un programme d’études permettra d’évaluer l’efficacité des politiques publiques sur l’ensemble des volets du plan. Des formations destinées à améliorer le repérage et la prévention des situations de violence seront dispensées à l’ensemble des professionnels : magistrats, policiers et gendarmes, travailleurs sociaux, professionnels de santé et aussi personnels des ambassades et des consulats et personnels de l’état civil.
Solidarité : les violences faites aux femmes engagent la responsabilité citoyenne des personnes témoins de ces violences, proches, voisins, ou collègues de travail. Trois campagnes d’information seront lancées à destination du grand public sur la dénonciation du viol, sur les violences sexistes et sexuelles au travail et sur les liens existant entre prostitution et traite des êtres humains.
Au lendemain de la grande cause nationale 2010 dédiée aux violences conjugales, ce plan témoigne que la lutte contre les violences faites aux femmes est au coeur des préoccupations du Gouvernement. Il mobilisera 31,6 millions d’euros sur trois ans, soit une augmentation de plus de 30 % par rapport au plan précédent.
Lire Lien:
http://www.solidarite.gouv.fr/espaces,770/femmes-egalite,772/dossiers,773/egalite-en-droits-et-dignite,1721/lutte-contre-les-violences,873/les-plans-de-lutte-contre-les,6118.html
http://www.solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/Plan2008_2010.p
http://www.solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/planviolences.pdf
http://www.solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/dispositions_legislatives-2.pdf
——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

3 février 2010

« STOP  VIOLENCE – AGIR  C’EST LE DIRE »

depliant-3

La Journée internationale du 25 novembre

En proclamant le 25 novembre « Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes », l’Organisation des nations unies (ONU) invitait les gouvernements et les organisations non gouvernementales à organiser ce jour-là des activités destinées à sensibiliser l’opinion publique à ce problème. Depuis, en France, cette célébration est marquée par un nombre croissant de manifestations, impulsées tant par le ministère que par le réseau déconcentré du SDFE, ses partenaires institutionnels et les associations qui militent dans ce domaine.

Pourquoi la date du 25 novembre ?

Le 19 octobre 1999, à la 54e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, les représentants de la République dominicaine et 74 États membres présentent un projet de résolution visant à faire du 25 novembre la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. (Lire la suite..)

L’action gouvernementale

Novembre 2008
Le 20 novembre : déplacement à Drancy, en compagnie du rappeur Lester Bilal, pour rencontrer des femmes avec monsieur Jean-Christophe Lagarde, Maire de Drancy.
Le 24 novembre : Ouverture du séminaire national sur l’insertion professionnelle des femmes victimes de violences conjugales organisé par le ministère de la Justice, l’INAVEM, la FNSF et le CNIDFF, qui se tiendra au ministère de la Justice, 13 place Vendôme – 75001 Paris.
Pour en savoir plus :
Programme du séminaire (pdf - 214.7 ko)
Le 25 novembre : Chat sur le site http://www.stop-violences-femmes.go…suivi d’une réception à 18 h, avec les structures associatives œuvrant pour les droits des femmes, au Secrétariat d’Etat chargé de la Solidarité, Hôtel de Monaco, 55 rue Saint Dominique – 75007 Paris.
Le 27 novembre : Intervention au colloque « La clause de l’européenne la plus favorisée : le meilleur de l’Europe pour les femmes » organisé par l’association « Choisir la cause des femmes », qui se tiendra au Centre des conférences internationales, 19 avenue Kléber – 75016 Paris.
Pour en savoir plus :
Programme du colloque (pdf - 187.2 ko)
Novembre 2007
Valérie Létard a présenté le 21 novembre le deuxième plan global triennal (2008-2010) visant à combattre les violences faites aux femmes. Ce nouveau plan, qui comporte 12 objectifs, fait suite au plan triennal 2005-2007 intitulé « dix mesures pour l’autonomie des femmes ».
Plan triennal 2008-2010 (pdf - 237.7 ko)
dossier de presse (pdf - 698.9 ko)
Synthese de l’enquête de victimation de l’OND7 (pdf - 487.2 ko)
Novembre 2006
L’étude dans son intégralité (pdf - 471.1 ko)
La synthèse de l’étude (pdf - 54.5 ko)

D’autres acteurs, d’autres actions pour une large mobilisation2

Fédération nationale solidarité femmes
Le site de la fédération
-* « La violence n’est pas une affaire privée »
communique de la campagne 2005 (pdf - 162.3 ko)
Amnesty International : « Halte à la violence contre les femmes »
Ministère de la Justice Le discours de Rachida Dati (nov 2007)
La Seine-Saint-Denis contre les violences faites aux femmes
Depuis 2004, diverses campagnes menées en Seine-Saint-Denis visent à informer et sensibiliser sur les violences faites aux femmes.
Une première opération directement destinée aux hommes a été lancée en septembre 2004 dans plusieurs villes du département et élargie depuis à de nouvelles communes.
« 
:
Le Secours populaire contre la violence conjugale
pdfaffiche (pdf - 159.9 ko)
pdfcarte (pdf - 161 ko)
pdfdepliant (pdf - 96.9 ko)
pdfguide (pdf - 450.5 ko)
pdfDossier de presse violences conjugales (pdf - 784.6 ko)
pdfCommuniqué de presse du 22-11-06 (pdf - 79.9 ko)
________________________________________________________________________________